Ateliers de fleurs en Recycsacplastic

Le soleil revient, les ateliers aussi, surtout en extérieur avec les enfants dans les jardins.2 petites filles fleurs

Ces ateliers en plein air font l’unanimité chez les enfants.  On se fait belle en fabricant des chouchous serre-tête ou bracelet, on fait attention au vent qui emporte les petits morceaux de pétales qu’on a déchiré dans le plastique.

petite fille fleur 1

petite fleur 2

On apprend à faire des noeuds quand on a 5 ans, on parle de ce qu’on apprend à l’école quand on a 7 ans : le danger que les sacs en plastique représente pour les animaux qui les avalent.

Et surtout on repart en se disant que maintenant on ne va plus les jeter, on va les garder pour les recycler.

Les Filles du Facteur cherchent un-e volontaire en Service civique

Dans le cadre de leurs activités de sensibilisation et d’initiation au crochet, l’association Filles du Facteur recherche un-e jeune pour une mission de Service civique.

CONTEXTE

L’association Filles du Facteur a pour objectif de soutenir les femmes en difficulté et de renforcer leur autonomie. Dès sa création en 2008, le recyclage de sachets plastique usagés a été mis en place ; nettoyés, découpés et crochetés, les sachets  deviennent des objets durables, tapis, pochettes, sacs, corbeilles.

 La collecte et le recyclage sont assurés de manière complémentaire en France et au Burkina Faso.

OBJET DE LA MISSION

Les objectifs principaux de cette mission sont les suivants :

  • sensibiliser le grand public aux problématiques liées à la gestion des déchets, à travers la mise en place de divers événements, et l’animation d’ateliers
  • participer au renforcement de la collecte de sachets sur les lieux qui en proposent encore (marchés principalement)

CONDITIONS

Pour être volontaire de Service civique, il faut avoir entre 16 et 25 ans et posséder la nationalité française, celle d’un état membre de l’Union européenne ou de l’espace économique européen, ou justifier d’un séjour régulier en France depuis plus d’un an.

Durée hebdomadaire : 24h par semaine

Période : 6 mois à partir du 1er décembre

Indemnités :

  • 467,34€ nets par mois versés par l’Etat
  • 106,31€ nets par mois versés par l’association

Les jeunes, bénéficiaires ou appartenant à un foyer bénéficiaire du RSA, ou titulaire d’une bourse de l’enseignement supérieur au titre du 5e échelon ou au delà bénéficient d’une majoration d’indemnité de 106,38€ nets par mois.

Détails de l’offre

Envoyez CV et lettre de motivation à Elise Vanweydeveldt avant le 6 novembre : elisevanwey@fillesdufacteur.org

La Clonette : une drôle de poupée africaine. L’histoire enfin écrite !

Plus qu’une poupée, la Clonette est une icône, un objet de décoration que l’on retrouve comme une curiosité posée sur l’étagère de notre bibliothèque.

Certains la collectionnent, d’autres la photographient. Elle rassemble, crée des liens, partage notre quotidien, inspire des artistes et des designers.

Chacun se l’est appropriée : on la retrouve en céramique, en papier peint, mais aussi sur internet, elle fait le tour du monde, change de couleur et de nom.

Le livre est né de la rencontre entre Catherine E. McKindley et Delphine Kohler, deux amoureuses de la Clonette. Ensemble, elles ont décidé de retracer le chemin de cette poupée de plastique définitivement africaine, et de raconter son histoire.

Le lecteur découvrira l’histoire de son origine à travers les documents d’archive rassemblés par Catherine et les photographies inattendues de Delphine.

Il rend hommage à l’Afrique, dont la Clonette, poupée au coeur métissé, est ici un symbole.

Plus que 48H pour acheter votre exemplaire en exclusivité et recevoir vos cadeaux bonus à l’effigie de la Clonette.

https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/la-clonette-le-livre/

les ateliers d’une oeuvre à plusieurs mains

bouquet de blettes et de crochets

La fondation Raja nous a commandé une œuvre qui sera composée des morceaux d’art d’une multitude de crocheteurs et crocheteuses, aussi bien amateurs, qu’expérimentés, donnant leur ouvrage ou bien rémunérées comme le seront les bénéficiaires du projet – femmes roms de Montreuil et femmes burkinabè.

petts pièces au jardin

Plusieurs séances sont prévues pour nous retrouver, lors de nos ateliers hebdomadaires une fois par semaine ou pour des évènements exceptionnels comme le Troc Vert de Montreuil, ET pour l’occasion tous les vendredis, le matin à SFM Montreuil et l’après midi au Jardin sur le Toit à Paris 20ième, jusqu’au 11 juin.

Apportez-nous vos créations, lors de nos atelier ! Toutes les dates ici.

Ou envoyez-nous votre morceau d’art avant le 10 juin :

  • Filles du Facteur – Delphine Kohler
  • 2 place de la Fraternité
  • 93100 Montreuil

 Venez postez des photos de vos créations  !

Schéma-fd-bl

les femmes du monde fêtent le 8 mars avec la fondation Raja

La Fondation Raja qui nous a soutenues en 2015, a commandé des centaines de bols en Recycsacplastic, une belle commande pour les femmes burkinabè. Ils ont été offerts aux employées des succursales de la marque engagée, dans un sachet en papier journal recyclé bien sûr.

Raja bolsCe jour-là ce fut la fête dans beaucoup de pays autour de notre projet. repas du 8 mars à OuagaLes femmes du Burkina, qui sont à l’origine de la commande des bols, ont préparé un magnifique repas et ont dansé.

Faites de la musique avec les Filles du Facteur

Les Filles du Facteur fêtent l’été et font de la musique avec les artistes retrouvés, ceux qui avaient animé la scène du lieu Facteur Céleste rue Quincampoix entre 2000 et 2007.

Le métissage est à l’honneur ; il mêle les sons du monde du Burkina Faso au Congo via le violon tzigane et le violoncelle improvisé sur voix de femme.

Malo Kélé, Bido Groove Moto, congolais, Awa Dibaté et Sembadou, burkinabé, Colette Lepage violoniste tzigane, Héléne Bass violoncelliste bretonne et Marie, la voix parisienne.

Faites de la musique

On y boira du Ginbriscus à gogo, le vrai, fait maison par Assanatou la malienne.

C’est rue Quincampoix qu’il est né, le mélange qui a fait son chemin depuis. Mis en bouteille la première fois en Normandie par les femmes sénégalaises du Val Fourré à Mantes – la-Jolie, il s’est développé sous le nom de Karma Ginbriscus avec la marque Biogroupe.

10 cts sont reversés à l’association en hommage aux femmes africaines qui le fabriquent depuis toujours, gingembre et hibiscus (bissap) séparés, à l’occasion des fêtes.

Accès : Métro 9 – Mairie de Montreuil
plan maison ouverte
Horaires : De 15 à 23h
Date : Dimanche 21 juin 2015
Adresse : 17 rue Hoche, 93100 Montreuil

Facteur Céleste ouvre les malles

Un nouveau lieu va naitre à Montreuil pour les Filles du Facteur .

Facteur Céleste et Delphine Kohler, sa créatrice, tournent une page.

Entre 2000 et 20007 dans le lieu Facteur Céleste rue Quincampoix à Paris, on achetait des zoris, on buvait du Ginbriscus, on fabriquait des carnaval – récup…

C’est aussi là où le projet RECYCSASPLASTIC des Filles du Facteur est né.


Visuel 28 juin Final

Des années plus tard, on ouvre les malles et on dévoile les objets de toute une vie de création : plastiques des années 60, sandales multicolores, textiles du monde et matériaux d’une styliste de mode sont exposés dans l’entrepôt de Montreuil, bientôt  réhabilité par les Filles du Facteur.

Accès : Métro 9 – Robespierre

plan robespierre
Horaires : De 14h à 20h

Date : Le dimanche 28 juin 2015

Adresse : 4 place de la fraternité, 93100 Montreuil

Les Filles du Facteur en entreprise

Visant à sensibiliser leurs salariés sur l’entrepreneuriat social, l’économie circulaire, la gestion des déchets en France, ou encore la situation des femmes dans le Monde, des entreprises françaises font appel à l’association pour animer des ateliers autour de ces questions.

Entreprise 1Au programme, deux heures de recyclage en pratique et d’échanges sur notre projet, ses finalités, sa mise en place, son développement.

Vous aussi vous souhaitez organiser ce type d’animation sur votre lieu de travail? Envoyez-nous un message à atelier@fillesdufacteur.org pour obtenir un devis personnalisé et nos propositions d’animation.

Entreprise 2

« On est ensemble, de Ouagadougou à Montreuil, des Filles du Facteur à Swop »

Sollicitée par l’équipe française de l’association Les Filles du Facteur, Pom Moulier, Coordinatrice au Burkina Faso depuis mars 2015 revient sur ses premiers mois auprès des femmes crocheteuses de Ouagadougou.

Après avoir été bénévole au siège de l’association burkinabè en 2014, Pom a souhaité s’investir plus longuement pour l’autonomie de ces femmes. En reconversion professionnelle, c’était un vrai défi pour elle. Elle le relève haut la main !

Pom et les femmesVoici son témoignage, leur témoignage, car les femmes crocheteuses ont ajouté leur voix à celle de Pom.

L’accueil si chaleureux des femmes de Swop fait oublier les 45 degrés de ces derniers jours de saison sèche. Et oui, la chaleur se trouve partout ici, il faut savoir l’apprivoiser !

Cette mission « d’autonomisation des femmes » restait bien vague pour moi, tant que je n’étais pas encore partie. Ce concept pouvait se tourner dans tous les sens. Mais mon arrivée au pays des femmes intègres (Burkina Faso signifie en langues locales “le pays des hommes intègres”) a rendu les choses tout de suite plus évidentes.

Ces femmes, aussi différentes les unes que les autres, se rencontrent et se découvrent encore chaque jour, à travers ce travail, cette activité qui :

  • « a changé leur vie » (pour Rasmata),
  • « a créé un lien avec les autres » (pour Assétou),
  • « leur permet de nourrir leurs enfants » (pour Clarisse),
  • « permet à leurs enfants d’aller à l’école » (pour Mariam),
  • « d’avoir une occupation » (pour Bibata),
  • « de savoir pourquoi elles se lèvent le matin » (pour Ami),
  • « d’avoir un moyen de transport qui permet de ne pas rester chez soi » (pour Nabou),
  • « de gagner de l’argent pour ne pas devoir en demander aux autres » (pour toutes).

L’envie, la détermination, le désir de bien faire, le respect de l’autre, la solidarité entre elles et leur complicité créent une force incroyable qui donne doublement envie de les accompagner vers cette indépendance, qu’elles ont déjà en partie acquise.

« Plus rien ne sera comme avant » a dit Kafando après l’insurrection au Burkina Faso en octobre 2014 … Si cette déclaration concerne la politique burkinabè, c’est à coup sûr ce que déclarent les femmes du projet des Filles du Facteur.

Avec les mots de chacune, nous avons créé une phrase, ensemble, de leur ressenti aujourd’hui :

« Le travail du crochet nous apporte de l’argent, pour que nous restions ensemble et que nous soyons contentes tous les jours. Ce projet, c’est la joie de travailler ensemble, et sans oublier la santé. »

Les femmes de SWOP ont rejoint le projet de recyclage des sachets plastique, porté par l’association Les Filles du Facteur, en 2012. Depuis fin 2013, le travail est continu et permet aux femmes de se sentir plus confiantes dans l’avenir.

Grâce à la présence d’une coordinatrice sur place depuis mai 2014, les femmes gagnent en compétences. Si elles ont vite été formées au design et à la création de par leur activité, c’est aujourd’hui à la gestion et à l’informatique qu’elles s’attèlent, le vrai vecteur de leur autonomie durable.

2015.01 Bibata