Histoire

l’histoire

 

1992, avant l’association : la marque

L’association Filles du Facteur puise ses racines dans la marque Facteur Céleste, créée en 1992 par Delphine Kohler. Au bout de styliste, Delphine a éprouvé le besoin de travailler autrement, en défendant les savoir-faire manuels souvent en voie de disparition et en réutilisant les matériaux accumulés par des années de pratique. Entre 2000 et 2007, ces valeurs prennent vie quand Facteur Céleste a un lieu de vie, plus qu’une boutique, à Paris. Elle y présente les collections uniques de jeunes créateurs à forte dimension éthique et y anime des ateliers (crochet, tricot, customisation)

1998, la découverte de la Clonette

Lors d’un voyage au Mali, Delphine Kohler découvre sur un marché une petite poupée en plastique à visage européen et à l’allure rétro. Elle la baptise “Clonette” et décide de la commercialiser en dédiant une partie des  revenus de sa vente à la scolarisation des enfants au Burkina Faso . + d’infos

2008, l’Afrique

Delphine Kohler repart en Afrique, au Burkina Faso, avec la volonté de mettre au service des femmes son expérience de 20 ans de stylisme. Elle crée l’association Filles du Facteur qui incarne les valeurs de sa marque, et animée par son engagement environnemental, lance le projet Recycsacplastic. Celui-ci prend forme dans son village d’adoption au Sud du Burkina Faso : il s’agit d’apprendre aux femmes à transformer les sacs en plastique-déchets en objets, grâce à la technique du crochet .

2009, les premières commandes

Le premier client sera Monoprix qui avait déjà collaboré avec la marque Facteur Céleste à l’occasion d’une semaine du Développement Durable. L’enseigne passe commande ce qui permet d’impliquer plus de 100 femmes dans le village de Tiebele. D’autres clients  suivront, le projet prend de l’ampleur.

2011, la relocalisation du projet à Ouagadougou

Afin de consolider l’éthique du projet, Delphine décide de recentrer l’activité dans la capitale, à Ouagadougou avec un atelier de 25 femmes. En plus d’apporter des revenus aux femmes, la nouvelle organisation va les accompagner vers leur autonomie complète, en les formant progressivement à la gestion de leur activité.

2012, le Ginbriscus

Il est né dans le petit café de la boutique de Facteur Céleste rue Quincampoix à Paris en 2005. Cette boisson est composée des 2 boissons traditionnelles fabriquées en Afrique de l’Ouest à l’occasion des fêtes : le jus de gingembre et le jus d’hibiscus. Ainsi nait le Ginbriscus, d’abord fabriquée par des femmes africaines à Mantes-la Jolie puis en partenariat avec Biogroupe, qui reversera 0,10€ par bouteille vendue à l’association. A présent il est fabriqué à Montreuil et bientôt à Ouagadougou.

2013, la multiplication des actions de sensibilisation

Crocheter du sac plastique implique de collecter la matière première : si les femmes travaillent majoritairement le sac noir, issu du Burkina Faso, les couleurs sont aussi nécessaires. Pour inciter les particuliers à collecter leurs sachets, l’association crée des points de collecte et mène des actions de sensibilisation autour des problématiques des déchets. Depuis que les sachets plastique fins sont interdits, les Filles du Facteur ont hérité des stocks de sachets de leur ancien client, Monoprix. Les couleurs rose, rouge et blanc de la marque sont garantis “durables”, car le problème de l’oxodégradation des sachets est à prendre en compte dans la fabrication des produits.

 2015, l’extension du modèle

A Montreuil où elle s’est installée, l’association forme des femmes à la technique du crochet de Recycsacplastic tout en sensibilisant le public à la problématique de ce déchet. Souvent issues de toutes les migrations, elles trouvent refuge dans leur nouveau terrain d’action, le café Facteur qui est aussi un lieu d’accueil pour beaucoup d’autres activités centrées sur le développement durable.

Remontez le fil de l’histoire en détail dans nos blogs d’archives

2006-2012 : la vie de la boutique Facteur Céleste 

2008-2014 : les débuts de l’association